Les radios pirates

Les radios pirates

Les radios, avant de devenir commerciales de nos jours, étaient autrefois sous un monopole d’État. Leur libéralisation a été rendue possible grâce à l’avènement de certaines stations. Il s’agit des radios pirates.

Bref aperçu des radios pirates

On appelle radio pirate, toute station radio qui émet sans autorisation administrative. Pour la plupart, ces stations étaient à caractère associatif, mais à la fois commercial et subversif. Elles émettaient généralement depuis des eaux internationales afin de ne point être tenu par des réglementations. Elles s’opposaient au fait que l’État monopolise l’industrie de radiodiffusion. Ces radios ont particulièrement affecté certains pays. C’est ainsi le cas du Royaume-Uni vers les années 1960, la France entre la période de 1969 à 1981, puis la Tunisie récemment, entre 2010 à 2014. Cependant, certains pays étaient plus ou moins tolérants envers les radios pirates. C’est par exemple le cas du Danemark et de la Hollande.

Les radios pirates de nos jours

Les radios pirates existent toujours, mais sous d’autres formes. Ainsi, contrairement à la façon dont ils s’y prenaient pendant leur âge d’or, les pirates émettent généralement en portable de nos jours. Pour ce faire, ils émettent une fois en passant à partir d’un lieu quelconque, puis quittent le lieu d’émission aussitôt fini. Pour la plupart, ils émettent juste une fois par mois. Et ce, durant une très courte durée ; une heure au maximum. Ces pirates diffusent les horaires d’émissions ainsi que les fréquences, sur des sites web. Les personnes intéressées se rendent donc sur ses sites pour s’informer des programmes. Plusieurs d’entre ces radios disposent d’adresses postales afin de recevoir des rapports de réceptions des auditeurs. Mais ces adresses se trouvent le plus souvent à l’extérieur du pays de diffusion.